Category Archives: Chroniques

Elan de nostalgie

17 janvier 2011, je quitte Kreuzberg pour aller vers un autre quartier de Berlin. Un quartier in. Un quartier qui me plaît. Pour aller dans un bel appart’ dans lequel je m’imagine pouvoir rester un peu, contrairement aux précédents. Il fait beau, j’ai 50 000 choses à faire, je suis comme une petite fille qui va décorer une maison de poupée. Je dis adieu au temporaire, et pourtant quelque chose cloche. L’air porte un avant-goût de printemps, les couples réapparaissent dans les rues, je vois les choses comme si elles étaient un peu magiques, suspendues dans le temps. Mais alors…?

Le fait est. Je quitte Kreuzberg et j’ai l’impression de le trahir. Les rues que je traverse me manquent déjà, je porte un adieu  silencieux comme un manteau trop lourd. Peut-être est-ce aussi un peu de peur, un peu d’appréhension devant un nouveau commencement. Au meilleur Kebab que je connaisse, le vendeur habituel n’est pas là. Mon Hausmeister ne se montre pas. Les gens travaillent, les rues sont tranquilles, le Görlitzer Park silencieux.

Je retraverserai ces rues, je viendrai faire la fête ici ou profiter d’un grill, j’irai dans les mêmes magasins. Tout ça, je le sais déjà. Mais une partie de moi  crie silencieusement. Le Kreuzberg qui m’a accueilli, le Kreuzberg où j’ai vécu presque 2 ans et où je suis devenue une personne plus forte, plus affirmée, je le quitte.  Quelque chose ici m’a nourri de sa plénitude. Le calme. Les rues larges. La verdure. Les bars à chaque coin de rue. Le mélange des cultures, des langues, le sentiment d’être à ma place tout en pouvant choisir l’anonymat…Il va falloir que je fasse mes racines ailleurs, de l’autre côté de la Spree. Dans un quartier dont j’ai rêvé, mais qui est différent à tous les plans. 20 minutes à vélo, et le sentiment de perdre quelque chose. C’est absurde, et pourtant terriblement vrai.

Demain, j’aurai déjà oublié cette impression. Je voulais simplement m’arrêter un peu, poser des mots sur ce que je ressens maintenant, et le partager. Jamais aucun déménagement ne m’a fait cet effet. L’excitation devant le nouveau, et la nostalgie profonde de ce que je suis en train de quitter. J’ai quitté mon pays, j’ai laissé ma famille et mes amis dans une autre ville, loin, je me suis arrachée de mon socle. Je me demande souvent comment serait ma vie sans ce départ de France, si les choses ne seraient pas plus simples, plus évidentes. Mais jamais je n’ai ressenti quelque chose d’aussi nuancé et pourtant si fort pour un endroit où j’ai vécu. Un peu de tristesse, une once de joie, un brin d’appréhension, une pincée de regret…quelque chose se joue en moi. Comme une petite ode à Kreuzberg, mon premier « chez moi » allemand.

Posted in Chroniques. Tagged with , .

Voeux 2011

Je souhaite à tous les lecteurs de ce blog

une très belle année 2011/ ein schönes neues Jahr

Vous ne l’attendiez pas ce post, si?! :)

Non je ne vous ferai pas l’insulte de vous demander si vous avez la gueule de bois…

Que tous vos voeux (enfin un maximum, soyons réalistes, hein :)) se réalisent. Plein de bonheur (rien que ça), pas de froussardise. Je ne sais pas si le mot existe, du moins en dehors de mon babillage, mais je souhaite que cette année soit une année où on ose:

  • être soi, affirmer ce qu’on aime, affirmer ce qu’on veut -ça c’était pour le développement personnel,
  • assumer ses objectifs, avoir des ambitions et des tripes- ça c’était pour le développement professionnel,
  • manger quand on a faim à sa faim et qu’on le peut (vive l’anti-régime) ,
  • se faire plaisir sans -trop- penser à nos économies-pour-dans-30-ans (ça c’est pour lutter contre notre côté radin intrinsèque),
  • prendre son travail à bras le corps et l’apprécier pour ce qu’il est,
  • être fier de sa famille et de ses amis, et le leur faire savoir à l’occasion,
  • rêver,
  • reconnaître ses peurs et se donner les moyens d’y faire face,
  • prendre le temps, parce qu’on a qu’une vie, une seule année 2011, et parce qu’on le mérite,
  • dans le même ordre d’idée, faire une seule chose à la fois et avec UNE SEULE chose en tête, bref faire face au stress head on

Je vous souhaite aussi et surtout de découvrir des tas de choses tous les jours, de rester curieux, par principe, parce qu’il n’y a rien de plus triste que de considérer a priori que le monde en 2011 ne peut que nous emm…ennuyer. Et que non, la curiosité n’est pas un vilain défaut, de même que la gourmandise: il y a une grosse différence entre se mêler de ce qui ne nous regarde pas et s’intéresser au monde qui nous entoure, entre manger pour s’occuper et apprécier la nourriture qu’on a à disposition… La différence, ça s’appelle la spontanéité, l’appréciation (du moins à mes yeux, et j’ai bien l’impression que l’Allemagne m’en a encore plus convaincue en 2010). Je vous souhaite donc à tous de prendre le temps d’apprécier les choses et les gens que vous avez envie d’aimer/ de rencontrer en 2011 et de vous donner les moyens d’en rater aussi peu que possible.

A nous de faire en sorte que l’année soit belle, en France, en Allemagne, partout. Pour ma part j’ai des centaines de bonnes choses qui m’attendent en 2011 et j’ai déjà une petite idée de certaines d’entre elles. Pour ce qui est du blog, je vous confirme que je vais continuer à sévir par le biais d’articles sur des choses plus ou moins poussiéreuses (cultivons-nous sauvagement) et sur  le franco-allemand tel que je le vis tous les jours à Berlin, bref vous allez pouvoir lire des posts savoureux sur le quark et les gâteaux, Bavarois par exemple, (je précise que certains comprendront ces propos mieux que d’autres) les choses que j’apprécie en Allemagne, parce que je prends un certain plaisir à venir ici régulièrement exprimer ce que m’inspire mon Wahlheimat :).

Au plaisir de lire vos comments en 2011!

PS: pour des raisons indépendantes de ma volonté, le rythme d’actualisation du blog risque d’être plus lent en janvier…je fais ce que je peux, on verra bien ;)

Posted in Chroniques. Tagged with .

Sprachidentität, une idée dépassée?

Parfois je me demande pourquoi je me donne tant de mal pour parler l’allemand. Bien le parler je veux dire: sans Versprecher, sans fautes d’accord, dans la mesure du possible sans accent à couper au couteau.

Il semblerait que je sois membre d’un club en voie de disparition. Le français, c’est sexy: les Allemands, dans le meilleur des mondes,  s’ils avaient le temps, s’ils avaient le courage (soyons honnêtes: c’est là le problème, la plupart du temps) ils le parleraient tous et ils déménageraient à Paris pour s’envoyer des croissants  tous les matins et aller danser sur le son d’un accordéon délicieusement rétrograde ;)- Amélie Poulain, si tu nous lis, comprends-moi bien: tu as eu une influence dévastatrice sur les clichés de l’Allemand moyen…

Et un accent français en allemand, c’est le rêve, d’après eux. D’après la majorité des Français ici également:  pourquoi se donner tant de mal? Pauline, que demandes-tu? Spinnst Du?

Bon, je ne nie pas qu’une petite tendance à ne pas pouvoir prononcer spontanément les h aspirés ( *a- ha- ha -Haltestelle!!*) et à buter sur certains mots (Kirche versus Kirsche…) permet d’attirer l’attention, la sympathie, et beaucoup plus si affinités. Et que des fautes mignonnes font sourire son auditoire, voire le fait se rouler par terre en battant des bras, si vraiment vous venez de faire LE versprecher du siècle (no comments, aucun rapport avec des faits récents je vous assure).

Mais quand même! Comment je m’intègre dans un groupe, si ma voix me dénonce toujours comme l’étrangère de service? J’exagère le trait comme d’habitude, mais le problème de fond est là: je crois à la Sprachidentität et je suis encore loin de pouvoir y accéder ici. Je me sens fatiguée de toujours avoir à réexpliquer mon parcours moins de deux minutes après le début d’une conversation: oui je suis étrangère, oui je suis française, oui, oui… Il y a certains moments où ça me donne des envies de revenir au blabla fadasse sur le temps, ce qu’il faut quand même vouloir depuis que Frau Holle a fait des siennes (sérieusement, plaidoyer en passant: on pourrait arrêter de nous faire savoir qu’il fait froid??).

Mais même en admettant qu’un jour dans ma vie ici je parvienne à ne plus être identifiée en un clin d’oeil comme française, la Sprachidentität est-elle une réalité pour le Hochdeutsch, autrement dit la langue d’état? J’en doute de plus en plus et je me demande dans ces conditions où je vais trouver l’énergie pour continuer à progresser (une langue, c’est comme un marathon: la quantité d’efforts à fournir en fin de parcours peut sembler parfois inhumaine…)

Je m’explique: la France est un pays à très forte identité langagière nationale, et ici, c’est…nettement moins le cas. Comparez le nombre de dialectes français auxquels vous avez été confrontés ou que vous avez utilisés et le nombre des dialectes allemands que vous avez pu entendre, vous, en tant qu’étranger (ne surtout pas me catapulter en Saxe ou en Souabe sans préparation psychologique: si je tombe sur un local fier de  sa région, je suis incapable de comprendre le prix d’un simple billet de bus. C’est du vécu…)

La population immigrée en France est elle aussi assez bien intégrée de ce point de vue, dans la mesure où une grosse partie vient de pays dont l’une des langues courantes, voire officielle, est le français. Et la maîtrise de la langue, libre de fautes et de toute forme d’accent, c’est encore la meilleure carte de visite pour une intégration réussie dans « la haute » comme au quotidien…Je ne vous refais pas le débat sur les Turcs et la maîtrise des bases de l’allemand en contrepoint de ça, Thilo Sarrazin le fait si bien (*ironie**)

Sur un autre sujet, quand je pense qu’ici, un accent régional est  TOUJOURS une fierté, un dialecte TOUJOURS un trésor…Allez dire à un Bavarois ou un Saxon de vous parler en hochdeutsch! Au contraire, la France est un pays où on a (trop) longtemps combattu les dialectes locaux, selon une idée que la langue était un outil d’ascension sociale: la cour, les Lumières, les révolutionnaires, Napoléon, Jules Ferry etc., pour une raison politique ou idéologique variant selon les époques, tout ce beau monde a cherché à imposer la langue française, soit par la séduction ( « le roi il parle en français, tu veux lui causer? » :)), soit par la force (sombres heures pour les écoliers incapables de parler français en classe, cf. les études faites par les historiens sur l’histoire de l’éducation en France…). Le hochdeutsch est maléable: on peut faire une loi pour modifier son orthographe du jour au lendemain. Le français, par contre, on y touche pas: il y a même une académie pour le protéger et veiller à sa bonne utilisation, faire entrer ou non des mots déjà utilisés dans le dictionnaire…

Je me souviens encore de l’histoire d’une de mes amies de fac me racontant les reproches faits sur son accent marseillais « trop fort pour pouvoir être professeur » (un professeur le lui disait…). C’était il y a juste 6 ans, elle a perdu son accent depuis… Je me souviens aussi d’avoir noté un certain nombres de personnes d’origine étrangère dans mon  ex-entourage parisien:  Allemands, Néerlandais, Anglais…chacun d’eux parle le français mieux que moi…Et il y a toute cette floppée d’auteurs qui ont choisi la langue française pour écrire, plutôt que la leur: Samuel Beckett, François Cheng, Elie Wiesel, Jorge Semprun…Un peu comme si en France, la langue était porteuse d’une grande liberté, la maîtriser apportant respect et  aussi une certaine forme de pouvoir. On commence tout juste à voir une certaine relaxation envers les langues régionales depuis 20, peut-être 30 ans.

Mes amis allemands ne comprennent absolument pas ça et perçoivent notre langue à partir de leur schéma d’analyse hochdeutsch/ dialekten. Il n’y a qu’à voir le slogan officiel du Baden-Württemberg: Wir können alles. Ausser Hochdeutsch. (Nous sommes capables de tout. Sauf de parler le haut allemand). Logique, mais n’essayez pas d’expliquer à un Allemand le rapport complexe entre la diversité régionale française et la large utilisation de la langue officielle, ça fait apparemment partie des choses qu’il faut vivre pour pouvoir commencer à les appréhender. Alors lui faire comprendre pourquoi diable j’en ai assez de ne pas parler mieux allemand…

Je suppose que la conclusion logique à écouter tirer de toutes ces tergiversations est: « te fais pas de mouron mäuschen, ton allemand il est mignon ». Et qu’il faut chercher un autre vecteur d’intégration pour se convaincre qu’on a fait son trou (bon allez, je me décide pour le schwützer deutsch). Mais lequel? Et comment fait-on pour ne pas sentir constamment étranger quand la langue fait défaut? Au final quelle est mon identité langagière ou ma Sprachidentität? Est-ce le Français, et rien que lui, alors que je l’utilise de moins en moins? Ou bien est-ce que c’est un mélange de français et d’allemand tels que je les maîtrise actuellement…?

Je ne sais pas si je vais pouvoir trouver la réponse avant un bail. Mais bon, en tous les cas, je pense que cette question du rapport à la langue est assez intéressante: quelle est notre langue de référence? pourquoi? et comment on en est venu là? est-ce que la langue influence notre personnalité? Si vous ne connaissez pas encore et que la question vous intéresse un peu, vous pouvez aller voir du côté d’Elias Canetti. Européen avant l’heure, un peu mégalo mais diablement intéressant, personne ne sait vraiment quelle nationalité il avait après lecture  rapide de sa biographie. Le premier tome de son autobiographie est très intéressant à lire pour se donner des clés sur le rapport à la langue allemande imposée sur le tard, entre dégoût et passion…J’aimerais trouver d’autres témoignages comme le sien. Il est disponible en VO par , pour qui veut tenter d’étudier sa fascination pour la langue allemande d’un peu plus près ;)

Et vous, vous avez un rapport particulier à la langue que vous utilisez?

Posted in Chroniques, Parlons franco-allemand. Tagged with , , , .

La logique du don

Il y a des choses comme ca qui vous font bondir et vous donnent des envie de partir en courant- chez Môman, au moins, le glauque ne choque presque plus.

Je câle devant les Berlinois qui toussent et crachent dans le bus (encore vu hier!!), les récupérateurs de bouteilles consignées dans les poubelles, qui passent tous les 3 mètres (ils en vivent, au final…) et qui sont partout dans la ville.

Et de même devant cette manie de tout comptabiliser. Chez nous, un service est un service: gratuit. Ici, tout a un coût. Absolument tout. Même un tout petit, je ne trouve pas ca  évident… Vos amis vous demandent expressément de rembourser 2,30 euros sans faute le lendemain (au cas où vous voudriez mettre en bourse cette somme astronomique). Le cordonnier fait mal son boulot, vous lui demandez de rectifier: ok, mais pas sans raquer 3 euros…

Je suppose que c’est un trait très francais de considérer l’entraide comme une évidence gratuite ou bien comme carrément  non existente. A l’inverse, ici, on semble penser qu’il est normal de l’encourager parce qu’elle est trop rare, donc on rémunère.

Dernière découverte en date, celle qui concerne le don du sang, faite grâce à NiKo qui pose décidément des questions apparemment anodines et qui ne le sont jamais autant que ca…

En ce qui concerne le don du sang, je ne suis pas quelqu’un de bien renseigné en général. Peut-être que j’enfonce une porte ouverte pour tous les (franco-)berlinois lecteurs du blog avec ce post…Toujours est-il que la plupart des donneurs de sang en Allemagne sont payés. Oui, vous avez bien lu: payés.

J’ai donné mon sang plusieurs fois en France, à l’EFS. On vous offre un goûter, on discute avec les gens, ca ne dure pas trop longtemps non plus. Et puis on repart tout content: la B.A du jour, voire du trimestre, elle est faite.

Ici, les gens attendent entre 20 et 30 euros pour chaque don du sang. Je trouve ca choquant, voire malsain de la part du donneur. Je donne pour sauver des vies, pourquoi devrais-je le faire pour toucher une rémunération? Ca salit tout non?

J’en ai parlé avec un ami allemand, voici en gros la retranscription de la conversation:

- sag mal  [dis]
- mal  [je dis]

- findest Du das normal, geld für blutspende zu kriegen??  [tu trouves ca normal qu’on soit payé pour donner du sang??]
- das ist gängige praxis hier in DE  [c’est une pratique courante ici en Allemagne]

- das ist bei uns immer ohne entschädigung [chez nous c’est toujours sans rétribution]. verkauft ihr denn mal euer blut? oder wollt ihr leben retten? [vous vendez votre sang? ou alors vous voulez sauver des vies?]

- machen auch nicht alle so. das DRK gibt wohl nur essen und trinken [tout le monde ne fait pas les choses comme ca. La DRK ne donne qu’à boire et à manger]

- AH (denkt ein Weilchen)  [AH] (réfléchit un petit moment) . ich hab also respekt vor DRK. was immer es sein kann.  [du coup j’ai du respect pour la DRK. quoi que ca puisse être.]

- es geht darum, die menschen zu locken.  [c’est pour appâter les gens]. es wird viel mehr blut gebraucht als spender da sind [il y a toujours besoin de plus de sang qu’il n’y a de donneurs]

- habe ich mir auch so gedacht. aber trotzdem. [c’est bien ce que je pensais. mais quand même]. und es bleibt auch so, dass jeder maximal 4x pro jahr spenden darf, oder? [et c’est toujours limité à 4 fois par ans maximum, non?]

- 4x?du kannst blutplasma alle 2 bis 3 tage spenden.  [4 fois? tu peux donner ton plasma tous les 2 ou 3 jours]. vollblutspenden alle 8 wochen [pour la totale c’est toutes les 8 semaines]

- echt?  [sérieux?]

-  ja. das blut regeneriert sich recht schnell  [oui. le sang ca se régénère vraiment vite]

- ich habe irgendwo gelesen, es war laut geschlecht gerechnet. [j’ai lu quelque part que c’était limité en fonction du sexe] 4x für frauen, 6x für männer[4 fois pour les femmes, 6 pour les hommes]

- naja, das ist bestimmt quatsch [umm, c’est certainement des conneries]
- das heiss, es muss wohl menschen geben, die damit leben. furchtbar. oder? [donc en gros, il doit y avoir des gens qui en vivent. c’est glauque. non?]

Je vous laisse tirer vos propres conclusions éthiques/morales sur le problème. Moi, je file à la DRK (dont j’ai compris après quelques efforts qu’il s’agit de la Croix Rouge allemande). En revanche, ca ne m’empêche pas de lancer la question à la volée: la solidarité, c’est culturel, naturel, ou acquis par l’éducation? Parfois je me demande si certains traits de mon caractère ne sont pas typiquement francais, ou typiquement familiaux, ou typiquement de moi, ou typiquement humains…*équation insoluble**Pauline commence une nouvelle série prise de tête* *na ja*.

Posted in Chroniques, Parlons franco-allemand. Tagged with , , .

Envies d’expatriation

La fin d’année approchant, je me pose comme des milliers d’autres toute une série de questions existentielles. Il se passe quoi? Eh bien, quelque chose dans ce goût-là, enfin normalement:

  • récapituler ce qu’on a réussi dans ses bonnes résolutions de janvier (parce que sinon, elles servent à rien) et ce qu’on a franchement laissé tomber.
  • réfléchir à ce qu’on veut faire de sa vie l’année prochaine, dans 5 ans, dans 10 ans.
  • se demander qui on est: ce qu’on peut améliorer dans sa personnalité et ce qu’il faut changer à tout prix.
  • remettre en question ses rêves et les moyens qu’on se donne pour y arriver (envolée lyrique de la Pauline)

L’année dernière, je me souviens nettement m’être tordu le cerveau sur le sujet de l’expatriation après 6 bons mois passés sur le sol germanique  à me demander « et la prochaine étape c’est quoi? ». Rester pourquoi, rentrer pourquoi en fait? Et c’est quoi ce qui dans ma vie est le plus important? Je rêve de quoi? Je veux quoi?

Cette année, la question est en fait plutôt dans la case « bilan », je me suis dit que ça pouvait être intéressant de le partager ici suite à quelques résultats de recherche pointant vers mon blog…

L’expatriation, on y vient sur un coup de tête ou parce qu’on le voulait vraiment, ce n’est pas quelque chose de naturel. Mais quelque soit le facteur déclenchant, il faut passer à un moment ou un autre (voire même souvent) par des phases de vraie réflexion sur l’avenir.

Il y a le nid expat qui se fait ou se défait, voir ce qu’en dit si joliment Chouyo. Il y a les racines qu’on a commencé à enfoncer dans la terre locale et les amis qu’on arrive ou non à se faire. Il y a l’investissement de temps et d’énergie dans notre installation, la langue qui imprègne progressivement notre façon de voir les choses. Et puis cette habitude de pouvoir critiquer ou défendre bec et ongles un pays comme un autre, quasiment impunément.

L’expatriation au sens propre, ça siginifie quitter le pays maternel. Donc: quitter le lieu où l’on est théoriquement chez soi, du moins aux yeux des différentes administrations (vous pouvez regarder ce qu’en dit Wikipedia ici). Ca peut être sous une forme physique , une expatriation professionnelle, voire aussi une expatriation fiscale. Où est précisément la frontière avec l’émigration? Dans le fait qu’il y a toujours un retour attendu, envisagé?

La  limite que je vois au concept d’expatriation, c’est la même que celle de celui d’émigration: on ne choisit pas l’endroit où on naît, on ne choisit pas l’endroit où on se sent bien… Ca s’impose simplement comme une évidence. D’où le fait que la question du retour éventuel soit en soit toujours un problème.

Est-ce que je recommande l’expatriation en général, est-ce que je la recommande ici en particulier? Pas facile à dire en un seul mot. Donc, en quelques points rapides, mes conclusions sur 20 mois :

LES MOINS

  • prise de tête administrative. Belettes et consorts s’abstenir, j’ai testé pour vous. Aucune démarche n’est simple, rien ne se fait comme on l’espère. Et les gens dont vous pensez qu’ils savent, très souvent, ils ne savent pas. Et ils tiennent des discours différents. Le mieux est encore de vous renseigner bien avant et de faire les démarches à deux (la solidarité, vous comprenez ^^)
  • les amis, la famille, ça manque. Ca paraît bête à dire comme ça, mais maintenir les liens, c’est difficile. Manque de temps, manques d’organisation, manques de vacances pour voir tout le monde, ce que vous voulez: à un moment ou un autre il faut trouver sa petite organisation et y réfléchir avec ces gens-là. Sinon, vous n’êtes pas rendu.
  • il y a des Français partout. Je vous assure que nous ne sommes pas en voie de disparition. Du coup, ce que vous trouvez si génial, vous vous rendez compte en sortant et en tendant l’oreille que beaucoup de gens le font. A un moment donné, vous aurez l’impression que c’est tout le monde et que vous êtes un individu dans la masse. Je conseille le calme: inspirez, respirez, recommencez.
  • ça prend du temps de faire son trou, parfois beaucoup plus que prévu. Y compris si vous êtes quelqu’un de très sociable: on ne vous tendra pas la main simplement parce que vous avez l’air sympa.
  • trouver un travail sur place est difficile. Ne croyez pas à la vision romantico-naïve selon laquelle tout sera cool. C’est faux et archifaux. Il faut savoir à quoi s’attendre.

LES PLUS

  • la fierté: être expat’, si vous avez réfléchi et décidé de vous y coller en connaissance ce cause, c’est un projet ambitieux et très sain pour le moral. On a un but (s’incruster, en clair :)), on a des moyens (apprendre la langue, vivre en colloc ou choisir soigneusement ses loisirs, se faire des amis, réussir professionnellement). Et on fait tout ça avec le même temps que celui que nous avions avant, c’est pas le plus beau ça ??
  • le parcours pro: avoir bossé quelques années à l’étranger, c’est un vrai plus. Peu importent votre ouverture d’esprit et votre bilinguisme sur le papier, l’employeur regardera votre expérience à l’étranger.
  • L’apprentissage de la langue. Une nouvelle langue, c’est une nouvelle façon d’appréhender le réel. Ce n’est pas un hasard si on qualifie la traduction d’art: une machine ne pourrait pas le faire, précisément parce qu’une machine ne sait pas être autre chose que neutre. Par contre, vous, vous pouvez en apprendre un peu sur vous simplement en laissant traîner vos oreilles.
  • Le plaisir des yeux. Tous les jours une surprise au coin d’une rue, même toute petite… Ca peut vous faire rire, vous désarçonner, vous hérisser, vous séduire. Par contre vous ennuyer, non. A moins que vous ne soyez vraiment pas curieux, ça devrait vous aider à mettre un peu de couleurs dans le quotidien.

En ce qui concerne Berlin en particulier, je ne suis pas neutre…Et il vous suffira de continuer à lire mon blog pour savoir ce qui me plaît autant ici, je ne vais pas tout lâcher en un post quand même :)

Posted in Chroniques. Tagged with , , , .

Le Bavarois en trois leçons

Amis berlinois, bonsoir! Surtout si comme moi vous êtes venus à Berlin en espérant fuir tout ce que l’on associe de façon beaucoup trop rapide aux bobos en Allemagne et que vous êtes maintenant en pleine phase de doute existentiel…

J’ai nommé entre les lignes: le Bavarois. Dans tous les sens du terme.

Je résume ce que cela peut signifier dans votre vie quotidienne:

- Un accent auquel vous comprenez que couic. Enfin, en réalité, un dialecte horrible (à vous de vous faire une opinion) qui peut devenir appréciable pour peu qu’on fasse l’effort. Pour les subtilités, je vous laisse aller voir les indications de mon ami Wikipedia.

- Un gâteau bien, bien sucré (mon Dieu, lectrices, n’essayez surtout pas. Lecteurs: surtout, si vous avez faim, faites-le, mais pas devant les lectrices). Je l’ai pas encore remarqué ici ceci dit, serait-ce encore une particularité française affublée d’un nom germanique??

En images (pour saliver…ahem):

- Des gens. Si vous parlez avec des Allemands francophones cependant, dressez l’oreille pour arriver à reconnaître son apparition au coin d’une conversation. On vous parlera souvent des Bavariens qui font ceci ou cela à Berlin. Il faut traduire :)

Toujours est-il que le Bavarois, ici, c’est un peu comme le Quark: il est partout. Dans l’entreprise. Dans la rue. Chez vos amis. Au téléphone, parce que votre mère vous en parle, elle vient d’en manger et, conséquence apparemment logique d’un raisonnement qui vous échappe, elle vous appelle. Dans vos pensées quand vous ne captez rien à ce qu’on vous dit et que vous cherchez à rapprocher les sonorités d’un dialecte que vous associez inéluctablement à l’incompréhensible.

Il m’arrive parfois de penser qu’il y a en Allemagne un mouvement de migration inversé, les Bavarois venant à Berlin dépenser moins et les Berlinois allant en Bavière gagner plus (cochez la solution qui vous paraît la plus sensée). Et ma conclusion reste la même: mais où suis-je donc? Si seulement on pouvait me donner du vrai dialecte berlinois à tous les coins de rue…Quoique…

Et vous vous avez remarqué la présence d’une communauté, d’un groupe germanique assez marquée ici?

Posted in Chroniques. Tagged with , , , , .

Le temps de vivre

Ceci est ma contribution au concours de Chrys dont je trouve l’idée vraiment, vraiment sympathique. Le temps, il y a tellement de choses à dire dessus…Le temps qu’on a, le temps qu’on perd, le temps qu’on gagne, le temps qu’on regrette, le temps qu’on a pas (mais dont a toujours le temps de dire qu’on ne l’a pas, c’est encore le plus intéressant ;)), le temps qu’il fait, le temps qu’il faut, etc. , etc. En fait, on passe notre vie à estimer le temps et ses implications: ça au moins, le temps, c’est comme l’espoir dans la légende de Pandore- tout le monde est logé à la même enseigne.

Bref: quand j’ai vu l’idée de Chrys, je me suis dit que c’était génial comme sujet et que je pouvais faire un billet là-dessus. Ce ne sont pas les idées qui me manquent pour alimenter ce blog, mais plutôt le fait que j’aime écrire et poster quelque chose qui correspond à ce que je vis actuellement, enfin plus précisément quand je poste…mon blog n’est pas destiné à être un espace perso (le but, c’est de vous parler de mon affection pour ce pays et des choses que j’y vois), mais c’est quand même un projet dans lequel je mets un petit bout de mon âme. J’ai des posts de prêts, et pourtant je ne les publie pas tant que je ne me reconnais pas dedans au moment où je suis sur mon petit espace admin. Ou le blogging revisité par moi :). Et écrire sur le temps, aujourd’hui, oui ça me dit, et pas qu’un peu!

Je ne vais pas parler de n’importe quel temps- et d’ailleurs, oui, je vais aussi vous en parler de façon à faire une comparaison « rhénane » . Là-haut dans ma liste sommaire il en manque au moins une sorte, celle qui me plaît le plus: le temps vécu. Le temps qu’on apprécie ou non, celui qui nous surprend par sa longueur ou sa rapidité. Dans l’exposition Körpenwelten qui est passée à Berlin l’année dernière (vous savez cette expo sur le corps humain?), il y avait une série de citations, dont une qui m’a beaucoup marquée (forcément, quand on passe le cap fatidique de 25 ans, on commence à cogiter). C’était dans le goût de « man muss ein langes Leben haben, um endlich mal zu wissen, wie kurz das Leben eigentlich ist ».* Autrement dit, qu’on commence à valoriser le temps une fois passé un certain âge, une fois passé l’excitation de la grande jeunesse, une fois passée la prise d’habitude liée à l’entrée dans la vie adulte: conduire, voir le monde, travailler, s’installer, se mettre en couple ou non…Tout ne commence qu’une fois, une fois que la magie du commencement s’évanouit, il nous reste simplement le temps vécu. Au sens passif (la mémoire, qui trie le meilleur comme le pire) et au sens actif (savourer -ou endurer- le moment présent, lui faire dépasser ses limites statistiques, ne pas le compter en secondes, en minutes, heures ou jours, mais en « instants »). Je crois que cette phrase m’a marquée parce qu’elle correspondait, aussi, à ma découverte d’une autre façon d’apprécier les choses.

Je ne peux pas dire si cette découverte est à 100% due à ma présence en Allemagne. Toujours est-il que j’ai nettement changé sur ce plan depuis mon déménagement ici, et que je cherche maintenant vraiment à prendre le temps, plutôt que d’être sur tous les fronts Non pas que j’y arrive (il faudra repasser pour ça…), mais que le concept de Gemütlichkeit, il m’est entré dans la peau. « Gemütlich », c’est un mot qui concerne d’abord une pièce, une atmosphère, une ambiance. Un peu comme l’anglais « cosy ». Mais il y a aussi derrière ce mot un peu de plus de magie: si on vous dit que quelque chose est gemütlich chez vous, c’est un vrai compliment qui vous est fait…Vous avez pris le temps de faire les choses, les minutes sont presque suspendues et on savoure le moment présent à vos côtés. Il y a d’autres mots qui expriment un peu la même idée, au détour d’une phrase, comme une allusion masquée…Günstig, par exemple. J’ai mis un temps fou à comprendre ça, mais je l’ai compris: « günstig » ne veut pas seulement dire « bon marché ». Le mot signifie aussi malin, approprié, avisé. Par exemple: « Es ist ungünstig jetzt zu fahren, wird ehe zu spät » (que je traduirais pas « ce n’est pas avisé d’y aller maintenant, il va être trop tard »). Là où je veux en venir, c’est que la langue allemande a -à mon sens, je pars peut-être dans une théorie qu’un germaniste pourrait descendre en flammes en deux secondes- a une capacité à donner de la valeur au temps.

La parisienne que j’étais était toujours pressée, toujours en train de courir, toujours sur tous les fronts. Je marche moins vite dans les rues berlinoises, je mange moins vite, je suis moins agressive et « straight to the point » qu’auparavant. Ca c’est pour le positif en termes d’attitudes générales (le négatif sur ce plan, pour être honnête, je n’ai pas encore assez de recul pour l’identifier…). Et puis il y a tout ce qui relève de la compréhension de certaines attitudes culturelles: faire les choses dans l’ordre et pas en même temps, c’est important quand on vit ici (les Français ont un don pour gérer des milliards de choses en simultané. Je ne dis pas que c’est bien ou mal, je dis simplement que c’est VRAIMENT l’une de nos capacités nationales…d’ailleurs l’idée de faire un post à ce sujet m’a traversé l’esprit…). Ou encore, dans la série interculturelle:  séparer systématiquement l’utile et l’agréable. Ici, vous allez au cybercafé vérifier une info, vous ne faites autre chose QUE si vous avez payé une session et que vous voulez l’utiliser jusqu’au bout. Du moins je vous déconseille d’aller ouvrir un autre site parce que ça vous traverse l’esprit, si vous êtes entouré d’Allemands à ce moment-là…De même quand vous vous détendez: quand on se détend, on se détend. Enfin bref.

Je pense que cette vision des choses m’a été apportée par Berlin et l’art de vivre ici. Lentement, très lentement, j’ai compris que cette façon d’anticiper et de stresser en amont (il faut bien le dire, pour nous cela se présente comme du stress même si ça n’en est pas…) n’est pas une tentative hystérique pour organiser sa vie, mais une façon de se faire un très beau cadeau à soi-même: s’offrir un petit capital de sérénité, de temps suspendu, pour quelques heures précieuses… Il y a des dizaines de choses qui me manquent de ma vie d’avant et de sa rapidité un peu enivrante, et je ne peux pas nier que parfois, le fait de faire une chose à la fois, de systématiquement chercher à suivre un ordre établi n’est pas une chose facile…Mais la conséquence de cette attitude, elle m’est vraiment bénéfique, et je crois que je ne suis pas la seule: combien je suis devenue calme intérieurement…A ne plus s’y reconnaître.

Pour aller participer chez Chrys, c’est par , et c’est jusqu’au 30 octobre, minuit!

* Il faut avoir une longue vie derrière soi pour enfin se rendre compte à quel point la vie est courte.

Posted in Chroniques, Parlons franco-allemand. Tagged with , , , .

Un drôle de mot

Il y a en ce moment beaucoup de naissances autour de moi. Bébé à venir, bébé arrivé, bébé désiré…on n’en sort plus, pour notre plus grand bonheur :). Encore un aujourd’hui! Et tant d’autres à venir…

Toutes choses égales par ailleurs, je n’arrête pas de me tordre le cerveau à chaque tentative de félicitations de naissance en langue germanique. Ce qui est bien, c’est que le mot « das Baby » est le premier mot pour lequel j’ai su associer un nom ET un genre. Chose rarissime (connaître spontanément le genre d’un nom ici, ca relève du défi. Encore mieux encore: connaître aussi le pluriel. On ouvre des grands yeux quand j’y arrive- « on » étant bien évidemment un ou une Allemand(e) bien intentionné(e) toujours prêt à corriger dans la théorie, ne le faisant jamais dans la pratique, s’extasiant subitement quand ca marche parfaitement tout seul… Enfin bref: ceci est une autre histoire).

Revenons à nos moutons. S’il y a bien un truc que j’apprécie dans le fait d’être multilingue, c’est de connaître les origines communes d’un mot ou d’une expression dans plusieurs langues.  Et de pouvoir faire le lien entre deux événements. Ou de comprendre pourquoi un mot a telle ou telle connotation. Ici en Allemagne il y a pléthore d’exemples avec le Francais (article prévu, so I am not spoiling the beans!). Et ce ne sont pas les histoires rigolotes qui manquent autour de la langue… Faire du shopping par exemple (vient au final du vieux francais « échope », désigne si ma mémoire est bonne des sortes de relais en vogue pendant la guerre de Cent ans, visités par des Anglais, revisité par le Franglais…). Ou bien « budget », tiré du francais aussi (de « bourse », non?). Ou bien encore le fait que l’expression « filer à l’anglaise » soit traduite par « to take French leave »…soit deux interprétations pour un même événement, je vous laisse deviner lequel.

Pour le mot « bébé »/ »baby », qui d’ailleurs est utilisé à peu près partout, il y a toute une histoire derrière. Bon, ok, en Allemand, le mot vient de l’anglais « the baby« . Ce qui permet d’identifier au passage l’article (tous les noms étrangers étant en théorie neutres- je dis bien en théorie, parce que les exceptions, hein…). Et bien entendu, le mot  « baby » vient du Francais. Lequel a une grosse dette polonaise. Et on se retrouve aujourd’hui avec une série de mots qui ont été « eingedeutscht », pris dans la langue allemande , après un léger passage ailleurs (« babyseat », « babykisten », « babyspeck » etc. etc.) Vous me suivez…?

Donc: le mot « bébé » vient du francais et désignait à l’origine un nain francais de la cour du roi de Pologne, réfugié en Lorraine. Nain, bouffon, conseiller, le petit personnage est surnommé « Bébé » par le roi et acquiert une telle célébrité que les membres de la cour finissent par utiliser son nom pour les nouveaux-nés. Jusqu’au jour où le mot atterit en Angleterre, puis est relayé jusqu’en Allemagne…et ainsi de suite.

Le plus intéressant à mes yeux dans l’histoire, c’est encore que ce mot vient combler un manque européen: il remplace le vide, il pose les bases pour que l’amour maternel (et paternel, d’ailleurs) puisse naître au sens moderne du terme. Cet amour si évident qu’il y a aujourd’hui pour les enfants, il a mis tant de temps à se développer, à exister dans sa forme actuelle.  Un enfant, c’est d’abord quelqu’un qui n’a pas le droit de parole (de infans, qui ne parle pas, ou plutôt qui n’a pas le droit à la parole). En allemand, « das Kind » vient du haut-allemand et signifie « qui est produit » (erzeugt)… Ca parle de soi-même. Il y aurait des litres et des litres d’encre à verser sur l’histoire de l’enfance (et d’ailleurs certains l’ont déjà fait). Mais dans le fond, l’émergence d’un mot c’est déjà beaucoup non? Sans mot, dur d’accéder à l’idée…dur aussi de considérer une naissance comme l’accomplissement et la suite naturelle, presque attendue, d’un amour.Les mots peuvent diviser, comme ils peuvent unifier, réconcilier, unir les coeurs. Et c’est le cas de ce bien drôle de mot:  « bébé ». Combien de chaleur et de joie seraient perdus sans lui.

Je me demande ce que cela donnerait une naissance ou pas une personne n’utilise ce mot, ni avant, ni après…Das Neugeborene,  Säugling, kleines Kind, nouveau-né, nourrisson, new-born, aka-chan (littéralement: la petite chose rouge). Aucun de ces mots n’exprime à mon avis le bonheur qu’on peut avoir à la vue de ce petit bout d’homme, alors qu’il y a dans le mot « das Baby » tant d’affection et de chaleur.

Comme quoi les mots, quand on les maîtrise, ils peuvent nous donner de belles lecons…Il y a la joie qui mène à l’utilisation du mot, et il y a la joie qui découle de son utilisation. Dire « mein baby » pour un père ou une mère, c’est quelque chose de si accomplissant et de si beau à voir. En allemand ou en francais, une pure merveille.

Posted in Chroniques, Culture, Parlons franco-allemand. Tagged with , , .

Chronique d’une addiction

Suite à mes tergiversations alimentaires de la semaine dernière, j’ai tenté de réfléchir à ce qui me plaisait vraiment dans la nourriture ici,et de ne pas rester sur un tableau noir de la nourriture germanique. Et il faut bien avouer que j’ai trouvé quelques petites choses à mettre sur ma liste des grands favoris. Le Schorle. Les brötchen. Les pâtisseries turques près de chez moi. Le marzipan. La bière. Et j’en passe.

Mais bon, tout ça n’est rien face à ma passion subite et inénarrable pour un produit découvert sur le sol germanique….Je ne peux pas le cacher plus longtemps, il s’agit de ma grande obsession du moment:

Le Quark

N.B: prononcez quffwaooiiiirk pour comprendre le pouvoir de fascination qui surgit en moi rien qu’à entendre ce mot.

Ceux qui me connaissent savent la relation que j’entretiens quotidiennement avec cet aliment. Mélangé avec des fruits frais j’en mange matin, midi, soir, sans me lasser, depuis le début de l’été. J’adore la consistance (comme un fromage blanc très épais), le fait que ça nourrisse bien, et vous empêche de grignoter du Studentenfutter par la suite, les variantes de goût…Ca devient une légende urbaine. Je vais devoir envisager de prendre une action chez les fabricants à ce rythme.

Néanmoins, en voyant mes ridicules courses de la semaine ratatinées sous 4 pots de fier et louable Quark Weihenstephan, je me suis dit qu’il était grand temps de faire des recherches sur la chose ou de mettre la hola et revenir à une alimentation plus variée.

Du coup, quelques recherches (rapides) se sont imposées pour mettre fin à mon ignorance crasse sur le chapitre. D’après Wikipedia dans sa version française, le quark est une sorte de caillé- voilà encore un truc que je découvre au passage. Le Wikipedia allemand apprend quant à lui plus de choses sur le processus de fabrication et l’aliment en lui-même. Retenons:

1. Il s’agit d’une sorte de fromage très particulier, traditionnel puisqu’il existait déjà au XIVème siècle. Il aurait des origines slaves, et reste notamment consommé aujourd’hui en République tchèque, par exemple. L’Allemagne, la Suisse et l’Autriche passent pour les producteurs et consommateurs les plus fervents de ce produit.

2. Il existe de multiples variantes à partir de la recette de base. Celle dont je suis fan est le quarkspeise, autrement dit du quark sucré, « abusivement » nommé quark selon certains (je proteste contre cette forme de mépris!!)

3. Le quark est bon pour la santé en général. Y compris pour les coups de soleil, semble-t-il, mais ça ça ne nous menace pas trop dans l’immédiat… Surtout, dans la sagesse populaire, c’est un allié incommensurable dans les régimes. Le quark, c’est bon. Et surtout, ça cale. Un vrai coupe-faim. Je témoigne, et mes courses aussi.

En tous les cas, on ne peut pas y couper ici. Il est présent partout. Pas dérangeant au demeurant si on ne le connaît pas, il s’insinue peu à peu dans nos vies jusqu’à devenir une vraie référence: méfiez-vous, ca progresse comme le malin dans vos habitudes…

Au resto, servi insidieusement en apéritif avec du pain noir ou du pain de seigle. Au supermarché, où les Français comprennent assez vite qu’ils sont les seuls détenteurs de l’idée géniale de vendre les yahourts en pack de 12 portions individuelles- et cherchent donc un remplacement acceptable. Chez vos amis, puisqu’il y a toujours quelqu’un autour de vous pour clamer haut et fort qu’il faut qu’il fasse régime et vous brandir LE pot de Weihenstephan au Straciatella- bien entendu, sur le coup, vous adhérez. A la pâtisserie souabe, sous forme de Käsekuchen scandaleusement aiguicheuse qu’il vaut mieux fuir comme la peste sous peine de l’acheter en entier (N.B: les tartes ici, c’est autrement plus conséquent qu’en France. Se méfier de la notion « 1 tranche »). Dans les recettes allemandes, au moment les plus inattendus. Au marché, où vous voulez vous payer à manger une de ces choses au pain traditionnel fumant qui ont l’air si bonnes…Et ainsi de suite.

Si c’est pas du harcèlement moral tout ça?! J’ai tenu un an sans y toucher consciemment,  et un jour j’ai réalisé que ces grosses boîtes au rayon yahourt étaient la même chose que ce délicieux fromage blanc mangé chez les amis…je m’y suis mise et je n’arrête plus- il semble que ce soit un virus assez fréquent, mais tout de même particulièrement  développé chez moi.

Et vous, vous avez un aliment fétiche?

Je précise que ce post n’est pas un post à la gloire du quark…(soupir)…enfin bref…

Posted in Chroniques. Tagged with , , .

Comment je suis arrivée à Berlin?! Par l’OFAJ!

Je suis arrivée ici grâce à certaines personnes, je me disais donc qu’il fallait leur faire un petit hommage en lançant ce blog…Ce sera chose faite avec ce post ;)

Toutes mes études ont eu lieu en anglais, alors que l’allemand était ma première langue vivante. La langue me manquait, le pays me manquait…j’ai envisagé mon stage de fin d’études comme un moyen d’y remédier.

On m’avait déjà parlé de l’OFAJ, en particulier de ce programme organisé en collaboration avec la Foire du Livre de Francfort. L’OFAJ finance et met en place des séjours pour les jeunes allant jusqu’à trois mois. C’est une belle initiative franco-allemande.

Conditions pour être éligible?

- Postuler avant le 31 juillet de l’année précédent la prochaine session

- Passer un entretien, à mon époque au siège de l’OFAJ à Paris

- Avoir un peu d’expérience dans le domaine cible (bin oui) et parler allemand

- Avoir moins de 30 ans et être disponible entre mars et juin de l’année suivant l’inscription

Avantages du programme:

- Le programme prévoit une phase de préparation (rencontre avec les participants allemands, travail selon la méthode tandem, introduction au monde du travail outre-Rhin…). C’est l’occasion de vous faire des relations avec les membres allemands du programme (de belles amitiés peuvent naître, je confirme ;)) tout en pratiquant l’allemand en douceur.

- Un bon encadrement. Non seulement le nombre de candidats est restreint (10 pour chaque pays) mais en plus il y a un vrai suivi de réalisé. Un grand merci au passage à Magali, Nikki et Katja pour leur aide! Sans oublier Fabienne et Hélène qui nous ont accompagnés pendant les deux semaines de préparation, sur tous les plans.

- Une vraie immersion dans la maison d’édition ou la librairie cible. Bien entendu, tout dépend du choix que vous avez fait au final…Mais l’accent est mis en amont sur l’idée que vous êtes un « mitarbeiter » comme un autre, on vous donne donc les moyens d’agir en conséquence, malgré votre niveau de langue…Au bout d’une petite semaine, j’ai été regardée comme les autres stagiaires de là où j’étais, en gardant toutefois une marge de manœuvre pour en apprendre plus sur les différences de travail.

- Un réseau. J’ai fait le choix de l’Allemagne au-dessus de celui de l’édition, je ne peux donc pas parler en détails…En tous cas, les personnes avec lesquelles j’ai gardées contact semblent le maintenir vivant! Elles se retrouvent en tous les cas pour la seconde fois au salon du Livre de Francfort, cette semaine. Dommage que je ne puisse pas y aller cette année.

- Une vraie chance pour la langue: trois mois plongés seuls dans une ville, ça peut nous changer notre allemand :) Ainsi que notre perception du quotidien…Je ne connaissais pas Berlin autrement que par les yeux d’un touriste moyen, j’imaginais la ville comme l’une de ces villes de l’Allemagne de l’Ouest…rien à voir. Entre le dialecte local, la tradition des « Spätti » (dont je reparlerai plus tard) et les différences est- ouest, il n’y a pas eu assez de trois mois pour m’étonner et m’émerveiller.

- Last but not least: une rémunération de stage digne de ce nom. Peu de stages sont rémunérés en Allemagne (et encore moins à Berlin, à ma connaissance), toucher près de 900 euros par mois est une vraie chance.

Bref je ne peux dire que du bien de cette expérience et vous encourager à aller voir du côté des programmes de l’OFAJ si vous aussi, l’Allemagne vous tente!

Adresse de contact pour les intéressés: info@ofaj.org

Posted in Chroniques, Parlons franco-allemand. Tagged with , , .