La logique du don

Il y a des choses comme ca qui vous font bondir et vous donnent des envie de partir en courant- chez Môman, au moins, le glauque ne choque presque plus.

Je câle devant les Berlinois qui toussent et crachent dans le bus (encore vu hier!!), les récupérateurs de bouteilles consignées dans les poubelles, qui passent tous les 3 mètres (ils en vivent, au final…) et qui sont partout dans la ville.

Et de même devant cette manie de tout comptabiliser. Chez nous, un service est un service: gratuit. Ici, tout a un coût. Absolument tout. Même un tout petit, je ne trouve pas ca  évident… Vos amis vous demandent expressément de rembourser 2,30 euros sans faute le lendemain (au cas où vous voudriez mettre en bourse cette somme astronomique). Le cordonnier fait mal son boulot, vous lui demandez de rectifier: ok, mais pas sans raquer 3 euros…

Je suppose que c’est un trait très francais de considérer l’entraide comme une évidence gratuite ou bien comme carrément  non existente. A l’inverse, ici, on semble penser qu’il est normal de l’encourager parce qu’elle est trop rare, donc on rémunère.

Dernière découverte en date, celle qui concerne le don du sang, faite grâce à NiKo qui pose décidément des questions apparemment anodines et qui ne le sont jamais autant que ca…

En ce qui concerne le don du sang, je ne suis pas quelqu’un de bien renseigné en général. Peut-être que j’enfonce une porte ouverte pour tous les (franco-)berlinois lecteurs du blog avec ce post…Toujours est-il que la plupart des donneurs de sang en Allemagne sont payés. Oui, vous avez bien lu: payés.

J’ai donné mon sang plusieurs fois en France, à l’EFS. On vous offre un goûter, on discute avec les gens, ca ne dure pas trop longtemps non plus. Et puis on repart tout content: la B.A du jour, voire du trimestre, elle est faite.

Ici, les gens attendent entre 20 et 30 euros pour chaque don du sang. Je trouve ca choquant, voire malsain de la part du donneur. Je donne pour sauver des vies, pourquoi devrais-je le faire pour toucher une rémunération? Ca salit tout non?

J’en ai parlé avec un ami allemand, voici en gros la retranscription de la conversation:

- sag mal  [dis]
- mal  [je dis]

- findest Du das normal, geld für blutspende zu kriegen??  [tu trouves ca normal qu’on soit payé pour donner du sang??]
- das ist gängige praxis hier in DE  [c’est une pratique courante ici en Allemagne]

- das ist bei uns immer ohne entschädigung [chez nous c’est toujours sans rétribution]. verkauft ihr denn mal euer blut? oder wollt ihr leben retten? [vous vendez votre sang? ou alors vous voulez sauver des vies?]

- machen auch nicht alle so. das DRK gibt wohl nur essen und trinken [tout le monde ne fait pas les choses comme ca. La DRK ne donne qu’à boire et à manger]

- AH (denkt ein Weilchen)  [AH] (réfléchit un petit moment) . ich hab also respekt vor DRK. was immer es sein kann.  [du coup j’ai du respect pour la DRK. quoi que ca puisse être.]

- es geht darum, die menschen zu locken.  [c’est pour appâter les gens]. es wird viel mehr blut gebraucht als spender da sind [il y a toujours besoin de plus de sang qu’il n’y a de donneurs]

- habe ich mir auch so gedacht. aber trotzdem. [c’est bien ce que je pensais. mais quand même]. und es bleibt auch so, dass jeder maximal 4x pro jahr spenden darf, oder? [et c’est toujours limité à 4 fois par ans maximum, non?]

- 4x?du kannst blutplasma alle 2 bis 3 tage spenden.  [4 fois? tu peux donner ton plasma tous les 2 ou 3 jours]. vollblutspenden alle 8 wochen [pour la totale c’est toutes les 8 semaines]

- echt?  [sérieux?]

-  ja. das blut regeneriert sich recht schnell  [oui. le sang ca se régénère vraiment vite]

- ich habe irgendwo gelesen, es war laut geschlecht gerechnet. [j’ai lu quelque part que c’était limité en fonction du sexe] 4x für frauen, 6x für männer[4 fois pour les femmes, 6 pour les hommes]

- naja, das ist bestimmt quatsch [umm, c’est certainement des conneries]
- das heiss, es muss wohl menschen geben, die damit leben. furchtbar. oder? [donc en gros, il doit y avoir des gens qui en vivent. c’est glauque. non?]

Je vous laisse tirer vos propres conclusions éthiques/morales sur le problème. Moi, je file à la DRK (dont j’ai compris après quelques efforts qu’il s’agit de la Croix Rouge allemande). En revanche, ca ne m’empêche pas de lancer la question à la volée: la solidarité, c’est culturel, naturel, ou acquis par l’éducation? Parfois je me demande si certains traits de mon caractère ne sont pas typiquement francais, ou typiquement familiaux, ou typiquement de moi, ou typiquement humains…*équation insoluble**Pauline commence une nouvelle série prise de tête* *na ja*.

Posted in Chroniques, Parlons franco-allemand. Tagged with , , .

11 Responses

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>