Tag Archives: Allemagne

Film: Die kommenden Tage

Une fois n’est pas coutume, je suis allée au cinéma voir un film qui ne me disait pas trop a priori. Un film en allemand. Un film sur le futur. Un film a priori déprimant.

Sauf que: dans Die kommenden Tage, il y a des gens bien: Daniel Brühl. Jürgen Vogel. August Diehl. Et tout un tas d’acteurs que je ne connaissais pas, par exemple l’actrice principale, Bernadette Heerwagen (mon Dieu ce nom, je me demande comment on prononce le tout). Je me suis aussi dit que ce film pouvait être un bon révélateur des angoisses allemandes contemporaines, étant donné le sujet (vous pouvez aussi le voir comme un film apocalyptique…).

De quoi ca parle?

Une famille allemande au bord de la décomposition voit son monde, le monde tel que nous le connaissons actuellement, perdre ses valeurs, ses moyens, son équilibre. La guerre fragilise le monde extérieur, les migrants cherchent à investir les dernières enclaves de richesse où pourtant tout vient à manquer, le terrorisme agit de l’intérieur. Au point que plus rien ne tient: ni les relations amicales, ni les amours, ni les choses du quotidien pourtant si évidentes. Il n’y a que du chaos, et que les sentiments qui durent. Laura, le personnage principal, voit les choses s’écrouler, une à une, pour mieux se redécouvrir, mieux cerner ses propres attentes.

On peut voir ce film comme une anticipation noire de notre avenir, ou bien comme une réflexion sur ce qu’est l’humain. Le contexte de crise, d’angoisse généralisée est un cadre: comme dans une tragédie, on voit plusieurs actes d’une crise intérieure…mais le message de fond est pour moi à trouver dans les recherches intérieures de Laura: qui suis-je? qu’est-ce que je veux? qu’est-ce que j’attends de la vie?

Et c’est là qu’à mon avis est tout l’intérêt du film- honnêtement, je n’ai pas vraiment cru à cette mise en scène de la fin de notre monde. En revanche, le drame personnel parle vraiment, porté par le contexte.

On y retrouve aussi en filigranes quelques idées et angoisses très allemandes (je ne dis pas qu’elles ne puissent pas être francaises, je dis juste qu’elles  me paraissent très répandues ici et qu’elles sous-tendent le film): dramatiques pénuries énergétiques et alimentaires. Manque d’informations. Guerres lointaines  et incessantes, devenant un enjeu national capable de déstabiliser le pouvoir établi. Etat injuste, formé d’incapables juste en mesure de protéger leur autorité. Et si au final la vie humaine n’avait aucun sens?  Et si le modèle familial, avec sa quête de sécurité, ne servait à rien? Et si les tentatives d’organiser sa vie ne menait nulle part?

Le film est surtout porté par son casting. Bons décors et bons dialogues (autant que je puisse en juger…). En bonus: quelques vues de Berlin Mitte, pour les connaisseurs :). Mais je ne suis pas sûre non plus que ce soit LE hit de l’année…

J’ajoute le trailer, voyez par vous-même:

Et vous vous avez des films allemands à recommander parmi les dernières sorties?

Posted in Non classé. Tagged with , , .

L’humour allemand

On décrit trop souvent les Allemands comme des gens sérieux…Au point de décourager les gens d’apprendre leur langue. Dans la série clichés, l’Allemand ne sait pas rire.  Le stress le dévore, il ne dort pas, il ne mange pas, il ne rit pas. Tout juste s’il boit sa bière en décochant quelques signes d’assentiment à vos blagues ;). Bref: il garde les lèvres pincées, droit comme un i. Au mieux, c’est un bellâtre, très souvent blond (…soupir…) aux sourcils froncés dans un effort permanent de réflexion concentrée et pesante. Au pire, c’est un emmerdeur qui va tout contrôler, sa vie, la vôtre, corriger vos fautes d’allemand, remettre le paquet sur le désordre français (on aura compris que les Français font la grève, sont des casseurs, des inconscients, et qu’il est dangereux de vivre à Paris). Ok, j’avoue: j’exagère un peu beaucoup le trait. Mais bon…honnêtement, vous vous êtes jamais dit quelque chose dans le genre « de toutes façons ils savent pas rigoler »? « quelle bande de coinços »?

Je parie que si. Et pour cause: l’humour allemand, ça s’apprend. Les Espagnols, les Anglais, les Italiens, enfin bref, les « Autres », ça va être normalement assez simple de les faire entrer dans nos blagues. L’allemand par contre…non. Et comprendre les siennes, ça peut également relever du défi si on a pas quelques clés en main. La bonne nouvelle dans l’histoire, c’est que tout a une fin et qu’on finit par entrer dans le jeu quand même- il m’arrive maintenant de passer pour une boute-en-train (alors que je suis sérieuse, ça y est je vais me remettre à ruminer…), c’était pas gagné pourtant.

Premier constat: l’humour entendu par les Français, ça fonctionne souvent sur le principe du duo comique placé dans les situations les plus invraisemblables, à la façon Laurel et Hardy. Il y a le couple Bourvil- de Funès, il y a le duo Astérix-Obélix, Haddock-Tintin, etc. En France, on rit souvent aux dépens de l’autre, que ce soit le grand niais au coeur d’or, ou bien le petit rusé et mesquin. Bons amis, les protagonistes vont pourtant montrer une certaine cruauté l’un envers l’autre, le but n’est pas d’être tendre…Ce schéma, on peut le répéter à l’infini, même dans Bienvenue chez les Chtis ou Le dîner de cons où il se retrouve en filigranes plus ou moins évidents.Et du côté du rire au quotidien,  les blagues qu’on échange chez soi tournent au final assez souvent autour de questions liées à la sexualité.

En Allemagne, c’est tout l’inverse. L’humour, c’est comme le reste ici: profondément déroutant. Personne ne comprendra vos blagues au premier abord, et vous ne comprendrez pas non plus les leurs. Ha, ha, ha. Ja, der ist aber witzig, il est marrant, mais vous n’avez rien compris. Récapépétons :)

1. Les Allemands rient de bon coeur, mais plus facilement du comique de situation que de la personne en elle-même. On ne se moque pas des gens: das ist doch gemein! Par contre les ambiances, les situations, l’absurdité d’un groupe, ça peut prendre cher.

La preuve en image avec cette vidéo de Loriot qui peut vous laisser…songeur. Du moins si vous n’avez jamais goûté à l’Allemagne, il faut un peu de temps pour comprendre où est l’humour:

2. On ne rit pas sur le sexe. Le sujet semble tabou, y compris pour en rire. Par contre, on rit sur les femmes et leurs manies sans le moindre complexe (en France, les mêmes choses seraient très certainement impossibles à dire!), sous couvert d’une fascination pour le côté sehr charmant de ces dames (je tombe de plus en plus dans le panneau moi-même, le pire, c’est que ça me fait rire tout en sentant l’embrouille…). Pour ceux qui ne connaissent pas, vous pouvez aller consulter ce blog: échanges savoureux garantis, j’aime par exemple beaucoup ce post!

Edit du 13.12.10: on ne rit pas sur le sexe, quand ça implique des personnes ou que le milieu n’est pas assez intime pour. Cela ne signifie bien entendu pas que jeux de mots et blagues appuyées n’existent pas…

3. Le nerf de la guerre, ici, c’est l’ironie. En bon pays à culture luthérienne, qui peut le plus peut le moins, mieux vaut dire peu et faire mouche que dire trop. Cela vaut pour les signes extérieurs de richesse, l’argent que vous allez dépenser pour vivre, la nourriture. Et aussi en humour…Cela n’exclue pas d’avoir recours à l’absurde, bien sûr. Mais bon, je vous laisse savourer Rainald Grebe (attention les oreilles) et ses paroles savoureuses sur le Land de Brandenburg!

<object width= »480″ height= »385″><param name= »movie » value= »http://www.youtube.com/v/AzOTMXroAr0?fs=1&amp;hl=fr_FR »></param><param name= »allowFullScreen » value= »true »></param><param name= »allowscriptaccess » value= »always »></param><embed src= »http://www.youtube.com/v/AzOTMXroAr0?fs=1&amp;hl=fr_FR » type= »application/x-shockwave-flash » allowscriptaccess= »always » allowfullscreen= »true » width= »480″ height= »385″></embed></object>
Posted in Parlons franco-allemand. Tagged with , , .

Le temps de vivre

Ceci est ma contribution au concours de Chrys dont je trouve l’idée vraiment, vraiment sympathique. Le temps, il y a tellement de choses à dire dessus…Le temps qu’on a, le temps qu’on perd, le temps qu’on gagne, le temps qu’on regrette, le temps qu’on a pas (mais dont a toujours le temps de dire qu’on ne l’a pas, c’est encore le plus intéressant ;)), le temps qu’il fait, le temps qu’il faut, etc. , etc. En fait, on passe notre vie à estimer le temps et ses implications: ça au moins, le temps, c’est comme l’espoir dans la légende de Pandore- tout le monde est logé à la même enseigne.

Bref: quand j’ai vu l’idée de Chrys, je me suis dit que c’était génial comme sujet et que je pouvais faire un billet là-dessus. Ce ne sont pas les idées qui me manquent pour alimenter ce blog, mais plutôt le fait que j’aime écrire et poster quelque chose qui correspond à ce que je vis actuellement, enfin plus précisément quand je poste…mon blog n’est pas destiné à être un espace perso (le but, c’est de vous parler de mon affection pour ce pays et des choses que j’y vois), mais c’est quand même un projet dans lequel je mets un petit bout de mon âme. J’ai des posts de prêts, et pourtant je ne les publie pas tant que je ne me reconnais pas dedans au moment où je suis sur mon petit espace admin. Ou le blogging revisité par moi :). Et écrire sur le temps, aujourd’hui, oui ça me dit, et pas qu’un peu!

Je ne vais pas parler de n’importe quel temps- et d’ailleurs, oui, je vais aussi vous en parler de façon à faire une comparaison « rhénane » . Là-haut dans ma liste sommaire il en manque au moins une sorte, celle qui me plaît le plus: le temps vécu. Le temps qu’on apprécie ou non, celui qui nous surprend par sa longueur ou sa rapidité. Dans l’exposition Körpenwelten qui est passée à Berlin l’année dernière (vous savez cette expo sur le corps humain?), il y avait une série de citations, dont une qui m’a beaucoup marquée (forcément, quand on passe le cap fatidique de 25 ans, on commence à cogiter). C’était dans le goût de « man muss ein langes Leben haben, um endlich mal zu wissen, wie kurz das Leben eigentlich ist ».* Autrement dit, qu’on commence à valoriser le temps une fois passé un certain âge, une fois passé l’excitation de la grande jeunesse, une fois passée la prise d’habitude liée à l’entrée dans la vie adulte: conduire, voir le monde, travailler, s’installer, se mettre en couple ou non…Tout ne commence qu’une fois, une fois que la magie du commencement s’évanouit, il nous reste simplement le temps vécu. Au sens passif (la mémoire, qui trie le meilleur comme le pire) et au sens actif (savourer -ou endurer- le moment présent, lui faire dépasser ses limites statistiques, ne pas le compter en secondes, en minutes, heures ou jours, mais en « instants »). Je crois que cette phrase m’a marquée parce qu’elle correspondait, aussi, à ma découverte d’une autre façon d’apprécier les choses.

Je ne peux pas dire si cette découverte est à 100% due à ma présence en Allemagne. Toujours est-il que j’ai nettement changé sur ce plan depuis mon déménagement ici, et que je cherche maintenant vraiment à prendre le temps, plutôt que d’être sur tous les fronts Non pas que j’y arrive (il faudra repasser pour ça…), mais que le concept de Gemütlichkeit, il m’est entré dans la peau. « Gemütlich », c’est un mot qui concerne d’abord une pièce, une atmosphère, une ambiance. Un peu comme l’anglais « cosy ». Mais il y a aussi derrière ce mot un peu de plus de magie: si on vous dit que quelque chose est gemütlich chez vous, c’est un vrai compliment qui vous est fait…Vous avez pris le temps de faire les choses, les minutes sont presque suspendues et on savoure le moment présent à vos côtés. Il y a d’autres mots qui expriment un peu la même idée, au détour d’une phrase, comme une allusion masquée…Günstig, par exemple. J’ai mis un temps fou à comprendre ça, mais je l’ai compris: « günstig » ne veut pas seulement dire « bon marché ». Le mot signifie aussi malin, approprié, avisé. Par exemple: « Es ist ungünstig jetzt zu fahren, wird ehe zu spät » (que je traduirais pas « ce n’est pas avisé d’y aller maintenant, il va être trop tard »). Là où je veux en venir, c’est que la langue allemande a -à mon sens, je pars peut-être dans une théorie qu’un germaniste pourrait descendre en flammes en deux secondes- a une capacité à donner de la valeur au temps.

La parisienne que j’étais était toujours pressée, toujours en train de courir, toujours sur tous les fronts. Je marche moins vite dans les rues berlinoises, je mange moins vite, je suis moins agressive et « straight to the point » qu’auparavant. Ca c’est pour le positif en termes d’attitudes générales (le négatif sur ce plan, pour être honnête, je n’ai pas encore assez de recul pour l’identifier…). Et puis il y a tout ce qui relève de la compréhension de certaines attitudes culturelles: faire les choses dans l’ordre et pas en même temps, c’est important quand on vit ici (les Français ont un don pour gérer des milliards de choses en simultané. Je ne dis pas que c’est bien ou mal, je dis simplement que c’est VRAIMENT l’une de nos capacités nationales…d’ailleurs l’idée de faire un post à ce sujet m’a traversé l’esprit…). Ou encore, dans la série interculturelle:  séparer systématiquement l’utile et l’agréable. Ici, vous allez au cybercafé vérifier une info, vous ne faites autre chose QUE si vous avez payé une session et que vous voulez l’utiliser jusqu’au bout. Du moins je vous déconseille d’aller ouvrir un autre site parce que ça vous traverse l’esprit, si vous êtes entouré d’Allemands à ce moment-là…De même quand vous vous détendez: quand on se détend, on se détend. Enfin bref.

Je pense que cette vision des choses m’a été apportée par Berlin et l’art de vivre ici. Lentement, très lentement, j’ai compris que cette façon d’anticiper et de stresser en amont (il faut bien le dire, pour nous cela se présente comme du stress même si ça n’en est pas…) n’est pas une tentative hystérique pour organiser sa vie, mais une façon de se faire un très beau cadeau à soi-même: s’offrir un petit capital de sérénité, de temps suspendu, pour quelques heures précieuses… Il y a des dizaines de choses qui me manquent de ma vie d’avant et de sa rapidité un peu enivrante, et je ne peux pas nier que parfois, le fait de faire une chose à la fois, de systématiquement chercher à suivre un ordre établi n’est pas une chose facile…Mais la conséquence de cette attitude, elle m’est vraiment bénéfique, et je crois que je ne suis pas la seule: combien je suis devenue calme intérieurement…A ne plus s’y reconnaître.

Pour aller participer chez Chrys, c’est par , et c’est jusqu’au 30 octobre, minuit!

* Il faut avoir une longue vie derrière soi pour enfin se rendre compte à quel point la vie est courte.

Posted in Chroniques, Parlons franco-allemand. Tagged with , , , .

L’hiver arrive: réjouissons-nous

Non, non, ce titre ne se veut pas du tout provocateur…Par le froid qui traîne déjà, j’ai attrapé un grippe assez solide, je cherche donc à me redonner au moins le moral en vue de cet hiver qui s’annonce comme le précédent: froid. Gris. Mais surtout: long.

J’aime les défis et j’ai envie de lutter face à cette adversité: on va donc tenter de trouver 10 bonnes raisons de se réjouir de l’arrivée de la nouvelle saison en lieu et place de l’automne berlinois (quoique ça s’est un peu réchauffé pendant que je cédais du terrain face au virus). Prêts…?

1. L’hiver allemand est synonyme de marché de Noël. Qui dit marché de Noël dit ambiance festive, vin chaud, gauffres et quarktaschen (oui, le nom semble barbare, pourtant Dieu que c’est bon quand on aime le quark…). ça dit aussi enfants à profusion. Les enfants, c’est une chose rare dans les rues ou les parcs en Allemagne, Paris me manque entre autres pour cela: ses hordes d’enfants joyeux. Donc, vivement les marchés de Noël.

2. Le froid est un excellent prétexte pour sortir ses accessoires en laine. Bonnets, pulls, écharpes colorés, ornés de motifs qui nous rappellent les vacances en montagne ou les classes de neige où on habillait les bonhommes de neige entre deux séances de luge…ici les offres sont plus sympathiques et il y a de la marge de manoeuvre- même les cafés s’y mettent (il y a  même des bars spécialisés, apparemment: les strickcafés). J’adore!

3. On voit arriver Noël et les vacances à grands pas. Rien de mieux pour tenir face à l’adversité et au climat que de se dire qu’on va pouvoir faire des stocks de bonne humeur et remmener un bout de France dans sa valise (ou d’ailleurs, hein, je parle de moi mais bon, pas de discrimination ici). Une heure d’avion et des patates pour un vrai plaisir à l’arrivée, dans les deux sens: on (moi) fonce à la boulangerie se payer une vraie baguette ou alors et puis on (je) s’offre un Stollen! Que demande le peuple?!

4. En hiver, mange ce qu’il te plaît. Bon, je sais il y a des limites suite au point précédent (ah ça suffit comme ça!) mais pouvoir se cuisiner quelque chose de bon sans complexe, je crois bien qu’il n’y a que l’hiver qu’on peut faire ça. Tartiflette, fondue, tourte, gratin, soupe, spätzle, brühe…selon les goûts et les origines ça varie, mais l’idée de base reste la même.

5. Hiver= neige. Ici, à tous les coups. Peut-être très peu si on a pas de chance, mais quand même. D’ailleurs vous avez déjà remarqué cet étrange pouvoir de la neige? Avant qu’elle ne tombe, l’atmosphère est facilement électrique, mais une fois qu’elle tombe…tout est magique. Un VRAI bonheur à regarder. Je ne suis jamais aussi calme que lors des premières chutes de neige, on dirait qu’elle pose un voile de pureté et d’apaisement sur la ville. J’étais heureuse comme une gamine l’année dernière, je le serai aussi cette année, si, si!

6. En hiver, on dort bien (à moins d’avoir un problème de chauffage, mais ça c’est une autre histoire). On se réapprovisionne en couettes, couvertures, draps, coussins ou on les redécouvre avec un plaisir de gamin. Et on peut à nouveau établir une théorie sur lequel des deux, lit à la française avec draps ou lit à l’allemande avec sa séparation centrale et couettes, est le plus adapté pour tenir l’hiver. Oh bonheur.

7. On peut redécouvrir les contes et les traditions de chaque pays. Au programme pour moi cette année: en savoir plus sur les contes spécifiquement berlinois. Il y a bien sûr Max und Moritz dont je compte vous parler (billet en cours) mais tant d’autres que j’ignore…Sous forme de livre ou de films. A noter d’ailleurs que le régime communiste a laissé un héritage plutôt riche en versions filmées des contes germaniques…semble-t-il de bonne qualité, puisqu’ils arrivent à être commercialisés jusqu’à aujourd’hui. Trois noisettes pour Cendrillon est un de ces films et il est absolument in-ra-table pour tous les fans de contes de fées (ou plutôt devrais-je dire toutes les fans?)

8. Qui dit hiver dit fêtes. Dans tous les sens du terme. Fêtes religieuses pour les croyants, fêtes traditionnelles pour tous et  fêtes « normales » pour tous ceux qui le souhaitent- en gros la majorité ;). Si on va prendre un verre quelque part, il faut aussi avoir le courage de ressortir. A moins d’avoir une vraie obligation derrière, je reste. Toujours. C’est un principe. Moralité: les pots hivernaux chez les amis se finissent en général par une soirée improvisée jusqu’à ce que l’horloge nous sonne à l’oreille. Et ça, ça me plaît.

9. Hiver= ski. J’ai beau ne pas être allée au ski depuis l’an 916, l’idée ne me sort pas de la tête à l’approche du grand froid Peut-être que cette année je vais me laisser tenter. République tchèque, Autriche, Suisse…que des nouvelles pistes à découvrir en tous les cas. A voir!

10. Last but not least: c’est en hiver que les jours recommencent à rallonger! Si, je vous promets!  Sérieusement, s’il y a un plaisir pendant cette saison, c’est bien celui-ci: quand on sait que la fin est proche et qu’on commence à le ressentir…Les quelques minutes de soleil en plus qu’on remarque progressivement, les oiseaux qui recommencent à chanter et dont je m’amuse à repérer les caches avant tout le monde…J’ai adoré l’année dernière et je vais adorer cette année. A tous les coups.

Alors, convaincus…? Et vous c’est quoi vos secrets pour résister à l’hiver?

Posted in Chroniques. Tagged with , , , , .

Au pays des machines

Avez- vous déjà remarqué l’expression « allumer la machine » en Français? Ca ne vous a jamais semblé imprécis? Sinon, il faut que vous en débattiez avec les Allemands autour de vous…

En effet, en Allemagne, il y a dans la mesure du possible une machine pour tout. Dire « allumer la machine » n’a pas de sens: on vous demandera bien de laquelle vous voulez parler… Une machine à couper le pain à table, une machine à vaisselle et une machine à café bien sûr, une machine à couper les pommes en morceaux de taille exactement équivalente, sans parler de la récurrente brosse à dents électrique, des automates de la vie extérieure…et il reste tous ces ustensiles étranges qui ne vous viendraient même pas à l’esprit en rêve. Pas vraiment des machines, mais pas vraiment des objets auxquels on penserait spontanément en France. Par exemple le pique-oeuf (Eierpiekser), pour être absolument certains qu’un oeuf dur cuira sans se briser…

Moralité? Les Allemands font une confiance folle à la technique et plus généralement aux outils. La technique surpasse la faiblesse humaine, elle est zuverlässig…fiable comme le veulent nos amis allemands. En d’autres mots, c’est exactement le contraire de nous: nous avons une peur très française d’être des pions dans un système (commercial, étatique, administratif, que sais-je encore…) et nous nous faisons plus confiance à l’humain qu’à un système anonyme. Les Allemands, c’est l’inverse: l’humain est source de malentendu, d’imperfections, d’erreurs.Alors on fait confiance à un système travaillé pour devenir précis comme une horloge.

Cette fascination allemande, vous la retrouverez partout: en voulant acheter un billet de train ou de métro, en voulant retirer votre argent, en faisant la cuisine, dans les horaires toujours respectés des trains (j »en reparlerai, de la précision des trains…on rencontre parfois des gens dont l’occupation principale vous laisse…pensif).

Par conséquent, tout le rapport que nous avons avec les objets, nous les Français, est complètement ignoré: le pain qu’on rompt au repas du soir ou du midi, oublié. Le  jus de fruit frais pressé main, oublié. La pâte à tarte faite à l’ancienne, oubliée- on vous taxera même de ce bon vieil argument selon lequel ce n’est pas hygiénique.

Idem pour le rapport humain: il ne faut plus compter sur le guichetier pour votre carte mensuelle, sauf si vraiment vous avez du temps. et si vraiment vous êtes  dans un station importante (amusez-vous donc à repérer les guichets ici). Battez-vous avec la machine moderne, programmée pour refuser tout billet jugé « trop important ». Rien ne m’énerve plus quand je suis à court de petite monnaie: je veux un billet à 2,60, la machine me refuse mon billet de 5 euros. Je veux m’acheter une carte mensuelle, la machine me refuse fréquemment les 4 billets de 20 (prix d’un abonnement ici: 72 euros). Pratique. Surtout quand on sait qu’un même automate cumule rarement les avantages inouïs d’accepter pièces, billets ET carte bancaire. Ca fait partie des petites choses qui pimentent mon quotidien- et qui d’ailleurs me poussent à prendre mon vélo ;)

Et ce n’est pas toujours simple de s’adapter, mine de rien- la routine, les attentes les plus évidentes, c’est ce qu’il y a de plus dur à changer. Quand on a pas la même routine et les mêmes réflexes que les autres, dur de se mettre subitement à suivre…Mais c’est aussi une belle leçon de vie de voir que tout n’est pas comme chez soi et que tout n’est pas « évident ». Et ça, je ne pouvais l’apprendre qu’ici!

Posted in Chroniques. Tagged with , , , , .

Les auteurs français en Allemagne

La francophilie, vous y croyez encore…? Si ce n’est plus le cas, venez à Berlin et faites une petite enquête: nous avons encore quelques fans…

Première preuve: l’intérêt pour la langue, dont j’ai déjà parlé un peu ici. Beaucoup parlent un peu (voire très bien!) le Français, beaucoup veulent l’apprendre…

Deuxième preuve: l’étalage des librairies. On trouve énormément d’auteurs français classiques et modernes traduits ici- vous avez certainement vu un peu partout des éditions Reclam de nos auteurs classiques ou remarqué le succès (assez surprenant d’ailleurs) d’Astérix. J’ai travaillé pour une maison d’édition berlinoise il y a un an et j’ai eu l’occasion d’en apprendre un peu plus sur le sujet.

Alors, pourquoi un tel intérêt?

Eh bien, en partie en raison du passé communiste de la RDA. Imaginez ce que c’était à l’Est pour avoir l’autorisation de publier un livre politiquement correct…et cherchez quel pays occidental, des années 50 à la fin des années 80, a pu avoir pléthore d’écrivains d’obédience communiste. Sartre, Camus, Merle, Marc Bernard…Certains sont complètement oubliés chez nous et pourtant très connus ici…Ca n’a rien d’un hasard: ils passaient la censure, tout simplement.Pour les auteurs classiques, beaucoup d’entre eux sont passés pour des précurseurs inconnus (y compris d’eux-mêmes, d’ailleurs) de l’idéologie marxiste. Hugo et Zola en sont les deux exemples les plus frappants. Mon Hausmeister me parle aussi sans se lasser des oeuvres de Balzac, il les connaît mieux que moi alors que j’ai fait des études de littérature: le monde à l’envers …:)

Une des caractéristiques de la RDA est d’avoir été un Etat très avancé sur le plan culturel…je ne peux bien évidemment pas le vérifier, mais c’est effectivement l’impression que j’en ai. Tout le monde lisait, tout le monde se cultivait, me disent des gens qui sont de la génération de mes parents…les livres français passaient pour l’une des rares littératures autorisées de qualité.

Si on prend le cas de Robert Merle, la chose est particulièrement frappante. Un peu (hélas…) oubliée en France ces dernières années, son oeuvre a peu de lecteurs en Allemagne de l’Ouest. En revanche, à Berlin l’année dernière, la venue de Pierre Merle, son fils, a été très suivie- je me demande si on a vu autant de monde ici à une lecture publique depuis cette fois-là?!

La littérature française ayant tendance ces derniers temps à devenir de plus en plus « personnelle » (centrée sur le « moi » et les crises existentielles), les choses commencent à bouger un peu. En effet, une des caractéristiques du lectorat germanique, contrairement au lectorat français, est de chercher l’action, le suspens. Par conséquent, les auteurs français qui rencontrent un franc succès ici sont de plus en plus des auteurs de polars ou de thrillers. Fred Vargas au premier rang d’entre eux, avec les très beaux succès éditoriaux d’Aufbau pour ses derniers romans, comme Der Verbotene Ort (Un lien incertain).

Je suis bien curieuse de voir comment les choses vont évoluer…notre littérature dans son ensemble va-t-elle réussir à rester à la hauteur des attentes allemandes?

Posted in Bouquins et films, Culture, Parlons franco-allemand. Tagged with , , , , , .