Tag Archives: Cours d’allemand

Attention aux réflexifs

C’est l’histoire d’une non germanophone.

Elle arrive en Allemagne, au bout de 10 ans d’efforts, et pense maîtriser l’allemand. Alors forcément, elle est toute contente.

Arrive le moment fatidique où elle cherche un appartement. Visite, questions, visite, questions, visite, questions…Et là, enfin quelque chose qui lui plaît.

La demoiselle, pleine d’émotion, fringante, communicative, plantureuse, l’accent roucoulant, bref charmante, apostrophe le propriétaire:

- Ich ziehe mich jetzt aus und entscheide mich für diese Wohnung! Sofort! Hier gefällt es mir ganz gut! Alles ist gut!

Sourire en coin, porté par l’enthousiasme, le monsieur répond:

- Ja, sehr gerne!

Histoire banale d’une honte rétroactive qui frappe les jeunes filles dès qu’elles pensent pouvoir faire une phrase seules. Grossière erreur.

Ou alors -tant que je suis dans la série des anecdotes rigolotes- ça peut arriver dans le sens inverse. Un Russe m’a un jour dit:

Kann ich hier umziehen?

en désignant ma salle de bain.

Trouvant très étrange qu’il en veuille à mon appartement alors qu’on se connaissait depuis, euh, trois semaines, j’ai répondu…un peu trop vertement.

Des joies de l’allemand. Non?!

Posted in Langue. Tagged with , , , , , .

Prépositions, particules et conséquences

Le pire, quand on apprend l’allemand, c’est de vouloir le faire bien. On se retrouve noyé dans la règle du par coeur, les fiches, les règles à n’en plus pouvoir. Enfin, il y a des gens qui réussissent sans. Malheureusement, ça n’a pas été mon cas. 10 ans d’efforts.

Aujourd’hui, le bilan est plutôt bon: je n’ai plus qu’une seule fiche, un seul point qui me perturbe gravement. Enfin plus ou moins, la gravité, c’est relatif. Non pas que je ne fasse plus de fautes: je les fais en sachant ce que je fais. Fièrement. Mes fautes sont de vieilles habitudes, des bafouillements qui font partie de moi. Les abandonner, ça serait perdre un peu de mon âme. Alors voilà.

La seule vraie zone d’ombre, donc, ça reste le domaine des prépositions et préfixes bizarres qu’on va coller à des verbes pour exprimer des idées très précises et souvent un poil loufoques. Exemple: vous voulez corriger la coupe d’un vêtement, vous pouvez dire, semble-t-il, ce mot merveilleux: umschneiden.

J’ai donc essayé de mettre un peu d’ordre grammatical dans ma tête. Comme je suppose que je suis loin d’être la seule à en avoir marre, petit florilège des prépositions et préfixes qui peuvent nous tomber dessus:

A/ les prépositions sympathiques, celles qui s’emploient avec UN SEUL CAS:

prépositions suivies de l’accusatif:

  • durch
  • für
  • ohne
  • gegen
  • um

prépositions suivies du datif:

  • aus
  • bei
  • mit
  • nach
  • seit
  • von
  • zu

B/ Les prépositions sehr feindlich, qui s’emploient avec plusieurs cas:

  • an
  • auf
  • hinter
  • in
  • neben
  • über
  • unter
  • vor
  • zwischen

Alors là, l’idée de base est simple: s’il y a un mouvement, vous mettez l’accusatif, sinon le datif. Même ma grammaire Niemann und Kuhn le dit alors:

Er schreibt ins Heft.

Er klopft an die Tür.

Ich schaue Dir in die Augen.

Ca se complique avec les idées de choses achevées et les verbes d’état. Là, on passe au datif:

Er verbirgt sich hinter dem Baum. (il ne bouge pas d’un poil…)

Wir landem auf dem Flugplatz. (on atterrit, comprendre que le vol est fini, c’est un fait).

Comme j’ai toujours du mal avec cette règle-là, j’ai simplement décidé d’apprendre ces phrases par coeur. Ca marche pas trop mal pour le moment.

Datif également pour tout ce qui ne concerne pas le lieu (SAUF: denken an/ glauben : ich glaube an Dich et auf/ über qui restent à l’accusatif: ich bin böse auf Dich). Exemple: sie fürchtet sich vor ihm, er hält sie am Arm mais ich denke über Deine Wörte nach et ich denke an Dich die ganze Zeit.

C/ Les prépositions qui se transforment méchamment en préfixes verbaux.

Là, malgré mes efforts, je n’y vois pas clair du tout. Je vous mets les quelques indications que j’arrive à formuler sans avoir mal au crâne. Si vous avez des règles plus simples, surtout, exprimez-vous.

  • um se colle un peu à tous les verbes. Pratique pour faire style on sait tout ou presque comme les Allemands de souche. Il exprime la transformation ou le changement, on met l’accusatif et c’est bien pratique. Ich muss diese Tasche umtauschen, sie ist leider defekt.
  • be, c’est un moyen d’insister sur la force donnée au verbe. Ou une forme plus polie (quoiqu’à un moment ça se rejoint). La plupart du temps, comme le verbe devient faible avec l’ajout du be, il faut apparemment compenser en ajoutant le sich.  La bonne nouvelle, c’est que du coup vous êtes autorisés à utiliser l’accusatif en toutes circonstances. Sich bedanken>> ich bedanke mich. Idem pour: Sich beklagen. Sich bewerben. Le hic, c’est que personne ne sait vraiment quels verbes tolèrent l’ajout d’un be et quels verbes ne le peuvent pas. C’est que ça ferait un peu vieillot, voire pas clair du tout chez les jeun’s.
  • ent, c’est pour l’idée de jeter et distancier quelque chose. entwerfen, jeter quelque chose sur le papier. etwas entfernen: mettre quelque chose à distance. Pas de cas en particulier.
  • vor, pour mettre un argument sous les yeux d’une personne. vorwerfen: lancer quelque chose à la figure de quelqu’un, donc reprocher. vorstellen: présenter (devant) quelqu’un. vorhaben: avoir un projet (à développer).
  • an, ça exprime l’idée d’un échange. Ce qui est pratique avec celui-là, c’est qu’associé à un verbe, il est quasiment systématiquement associé à l’accusatif. Ca rejoint ce que je disais plus haut: ich denke an Dich, ich glaube an Dich, mais aussi ich spreche Dich an.

Voilà. Il y en a d’autres et je pourrais aussi vous parler du génitif. Mais là, ça suffit pour aujourd’hui, je réserve le reste à une autre fois. Suspens.

Psss: on pourrait pas demander à Merkel de réformer la grammaire…? Allezzzzzzzz Angelaaaaaa!!

Posted in Langue. Tagged with , , , , , , , , .

Maîtriser l’allemand, pourquoi et comment

Si vous lisez régulièrement ce blog, vous avez déjà du remarquer des incartades sur la langue allemande et sa maîtrise, ou plutôt sa non-maîtrise. Cela n’a rien d’un hasard: d’une part, certes, j’aime foncièrement cette langue, riche en harmoniques et en sonorités, bien loin de ce qu’on nous apprend en classe et que l’on a tendance à assimiler beaucoup trop vite à une langue barbare.

Mais surtout, il y a le fait que l’Allemand, pour une personne qui vit ici, est une vraie nécessité. J’ai trop vu cette idée s’imposer au cours du temps pour ne pas vouloir la défendre sur ce blog. Au risque d’enfoncer des portes ouvertes, je préfère donc me répéter ici pour tous les candidats à l’expatriation, attirés par les lumières de Berlin ou d’ailleurs:

Partir en Allemagne sans parler un mot d’allemand est une très mauvaise idée.

Pourquoi?

On pourrait accumuler les raisons pratiques, du détail aux problèmes existentiels. Cela va du fait que toute inscription au chômage en cette période de crise requiert une bonne maîtrise de l’allemand au regard des administrations, jusqu’au fait que vous passerez à côté de 90% de la vie locale.  Venir dans une ville pour un emploi,  faire son trou dans un groupe international dont une grosse partie repartira, perdre son emploi, se débattre pour en retrouver un, finir par tout abandonner, relation et amis durement gagnés, simplement parce qu’on a pas pris les mesures qu’il fallait en temps voulu, c’est assez classique et…franchement dommage.

Pour le résumer en quelques mots: ne pas vous intéresser à la langue locale revient à vous marginaliser et vous placer en situation précaire.

Santé, travail, budget, loisirs: vous êtes sûrs de vouloir passer à côté des meilleures offres dans tous ces champs? Au bout de trois ans à Berlin, j’ai trop vu de gens arriver en pensant que l’anglais leur suffirait, que l’allemand appris une fois par semaine en cours du soir, après 8 heures de travail, ça irait. Un an plus tard, la moitié repart. Les cours du soir pris à la va-vite n’ont jamais été aussi bondés et difficiles d’accès que depuis ces quatre dernières années, l’Allemagne passant pour un Eldorado rescapé de la crise, en particulier auprès des pays latins ou de la Grèce. Si vous souhaitez venir en Allemagne,  ou d’ailleurs aller n’importe où dans le monde, il faut vous préparer à cette réalité et agir en conséquence.

Comment faire?

Prendre des cours dès que vous le pouvez, et s’y tenir. Patience et longueur de temps. Si vous ne pouvez pas faire de temps dans votre vie de tous les jours, il faut passer par le biais du séjour linguistique. Si au contraire, c’est quelque chose que vous ne pouvez pas vous imposer, il faut trouver un moyen de donner une place, même petite, à l’allemand dans votre vie quotidienne. Si vous n’avez pas vraiment pu prévoir, que vous bougez pour cause d’obligation professionnelle ou familiale, cherchez les bons cours sur place, dès que vous le pouvez. Il y a des dizaines de choses disponibles sur le marché, qui peuvent prendre des formes multiples: séjours linguistiques, cours d’allemand intensifs en immersion locale, tandems franco-allemands, sites internet surfant sur la vague sociale en les associant aux langues vivantes…Si vous le voulez vraiment, il y a l’embarras du choix, et pas seulement dans les grandes villes attendues. C’est à votre portée. Même la Suisse allemande en propose – le hochdeutsch, ça ne s’apprend pas que dans sa région d’origine, et ça sert partout. L’expérience n’en est que meilleure si vous avez connaissance d’un dialecte recherché (souabe, bavarois…). Comprendre un minimum le Schwützer Deutsch, par exemple, que vous entendrez parler autour de vous en faisant du tourisme à Zurich ou à Gstaad ne pourra que vous servir: combien d’employeurs allemands rêvent de pouvoir accéder au marché suisse? Tapez Zurich tourisme dans Google pour vous faire une idée et y penser, ça vaut largement le coup d’envisager un séjour linguistique dans une petite ville méconnue et si jolie…Des exemples comme ça, il y en a beaucoup, dans des villes moyennes (Heidelberg), minuscules (Tübingen) ou bien à large rayonnement (Hambourg, Munich…) A vous de faire votre choix avant de partir, ou, comme dit plus haut, trouver une autre solution qui vous convienne.

Alles in allem, la question principale reste la même : combien de chances décidez-vous de vous donner en préparant votre vie dans une ville germanophone? De la même manière que les cours de français sont nécessaires pour pouvoir vivre en France, à l’étranger ça fonctionne de cette façon. L’anglais ne suffit simplement pas. D’ailleurs, l’un des plus gros écueils est la tentation de vous entourer uniquement de ce cocon international.

A bon entendeur…

Tagged with , , , , , .

Apprendre l’allemand sur place: le tandem

Vous arrivez sur place et vous voulez apprendre l’allemand ou l’améliorer? Vous allez vite voir que Berlin est:

1. Une ville où les Français pullulent (non mais franchement!! un scandale!! :))
2. Une ville où il est très possible de se débrouiller avec des rudiments d’anglais
3. Une ville où beaucoup, beaucoup d’Allemands s’intéressent au français, voire le parlent très bien. Je ne sais pas d’où vient cette tendance, mais c’est quelque chose que j’ai vu, revu, et encore revu.

Conclusion: soit vous laissez tomber l’allemand (chacun son truc après tout, on est en démocratie ici aussi), soit vous vous acharnez. Perso, je vote pour la deuxième option: j’adore la langue, sa précision, la façon dont chaque chose doit être sa place. Enfin bref ça n’engage que moi.

Comment faire?

Aller aux cours dispensés par différents organismes (la Volkshochschule pour ne donner qu’un exemple parmi la série: bon marché, pas trop contraignant. Je n’ai pas essayé moi-même mais on ne m’en a dit que du bien), potasser par vous-même (non recommandé, rien de plus déprimant, ça par contre c’est du vécu), ou alors mettre une annonce de tandem sur un site franco-allemand.

Résultat: vous rencontrez une ou des personnes sympas et intéressées par votre langue, vous faites la tournée des bars de Berlin au motif qu’il faut apprendre « la vie courante », vous ne payez rien du tout pour les cours. Et au final vous vous serez certainement fait un ami allemand en plus.

Attention: une annonce peut vous faire parvenir un total d’une bonne vingtaine de mails en deux mois…préparez-vous psychologiquement.

Alors vous vous y mettez quand?

Posted in Lieux et astuces. Tagged with , , , , , .